GFW jour 2

De retour pour une autre longue mais belle journée à la Graduate Fashion Week. En espérant que les choses soient un peu plus calme après ce premier samedi de rush, on n’aurait pas pu faire pire, ça passe tellement vite cet événement !

Voilà ce qu’il s'est passé....

Les colis suspect de 8 heures du matin

Le show commence à 10 heures mais deux collègues de l'équipe de presse et moi-même sommes arrivées tôt pour relooker un peu le stand. Apportant un mannequin le torse sous un bras, les jambes sous l'autre, je suis entrée agitée pour finalement trouver la professionnelle de la mode Hilary Alexander remplissant des sacs avec des programmes du spectacle. Je l'aime !

Le Grand tour de 10 heures du matin

On nous fait faire le tour de l’évènement avec un des organisateurs du show pour avoir le point de vue d’un expert sur le talent et l’enthousiasme par rapport à l’offre. Le fait de parler avec les diplômés de 2016 m’a donné de tout nouveaux objectifs grâce à leur énergie et leurs idées. Et puis j’ai rencontré Tilly le terrier de Boston, je peux mourir en paix. 

L’invité de midi

Cette année nous nous sommes réunis à la GFW pour donner aux diplômés une chance de designer une robe pour notre 10ème anniversaire. Parmi des centaines de participations, vous avez voté pour Ella Maskrey et lui avez permis de gagner. Sa robe boho badass va être fabriquée et vendue à Boohoo plus tard dans l’année ! Ella a débarqué sur le stand pour parler inspiration, plans pour cet été et de l’effrayante sensation de devenir adulte.

 14h – Repas sur le pouce

Après avoir avalé le repas favori des fashionistas : un coca sans sucre, des sushis et un (indispensable) café, il était temps d’aller dans la rue avec notre deuxième street photographe de la semaine David Nyanzi. Je ne peux même pas vous décrire le style lapin duracell de David, qui avait l’œil partout pour trouver les styles, on regardait partout pour trouver des enfants cools et des mannequins hors de leur temps de travail.

 16h jolie comme un dessin

Si vous ne suivez pas l’illustratrice Ella Masters sur Insta, s’il vous plait arrêtez de lire ça et suivez là de ce pas. Celle qui s’est auto proclamée la « Reine des barbus tatoués » est arrivée sur le stand pour faire quelques portraits du groupe et de nos petits bijoux de visiteurs. Je suis directement tombée amoureuse du dessin qu’Ella a fait de moi, je suis tellement sûre que si c’était une véritable représentation de moi je ne serais pas assise là à attendre le prince charmant.

 18h bulles avec Henry Holland

J’ai suivi le designer rebel depuis le slogan « Je vous montrerai de quel boss Kate Moss a pris la fierté de place dans ma garde-robe circa 2006. Tu peux imaginer à quel point on m’a appelé pour prendre une coupe de champagne par politesse de IBM (merci les gars)